Fintech : de quoi s’agit-il ?

Qu'est ce qu'une Fintech ? Quelles sont les différences avec les banques "classiques" ? Découvrez toutes les réponses à vos questions !
Accueil » Banque en ligne » Frais bancaires & Guide » Fintech : de quoi s’agit-il ?

Rappel sur les Fintech

Depuis quelques années, le secteur financier connaît un perpétuel changement. Quoi de plus naturel que de repenser le monde bancaire en le développant plus simple et plus accessible avec des offres et des services moins onéreux. C’est à ce moment-là que les « Fintech » interviennent.

Fintech : qu’est-ce que c’est ?

Fintech est une abréviation des mots « finance » et « technologie ». Après la crise économique en 2008, de nombreuses entreprises ont été créées pour reconsidérer la nature de la finance grâce notamment à l’innovation technologique. Derrière ces entreprises, se cachent des anciens banquiers ou traders. Ils ont pour objectif d’améliorer les services financiers avec la révolution numérique

Beaucoup de startups se développent dans ce nouveau marché qui regroupe maintenant : l’épargne, le crédit et les services bancaires. Ces jeunes entreprises recherchent constamment les besoins des clients pour proposer des produits adaptés. Ils les identifient sans mal avec les technologies rapides et efficaces. Les Fintech sont attirantes par leurs offres gratuites ou leurs prix au plus bas. 

Même si elles permettent d’accéder à des services bancaires innovant, les Fintech ne sont pas pour autant des banques. Pour occuper leurs places, les Fintech sont encouragées par les agréments mis en place ces dernières années par un plan sur la dérégulation du secteur financier. Cela concerne notamment : les intermédiaires en financement participatif, les fournisseurs de services, les prestataires en services d’investissements, les établissements de paiement, etc.

Fintech en détails ?

L’épargne et Fintech

L’objectif de ces entreprises est de pouvoir proposer à tous des services innovants. Pour le secteur de l’épargne, ils veulent maintenant que ce ne soit plus destiné à des clients assez riches. Ce sont les principes des robots-conseillers qui grâce aux algorithmes peuvent organiser, améliorer et développer les placements des clients. Ils mettent aussi en place, sur une plateforme unique des services d’épargne des autres banques.  

« Wesave » par exemple est une plateforme en ligne pour organiser votre patrimoine. L’objectif est de faciliter la gestion de votre épargne et de stimuler son capital.

Le crédit et Fintech

Depuis un cadre réglementaire en 2014, le financement participatif a connu un vrai succès. Aussi appelé le « Crowdfunding », cela permet de mettre en correspondance des financeurs-investisseurs ou des créateurs de projets. Grâce à une plateforme, vous pouvez lancer un appel pour financer un projet. Cela se fait donc entre les particuliers et les entreprises, qui peuvent réaliser des crédits, moyennant des intérêts. C’est le cas de « crédit.fr », qui permet aux particuliers d’investir auprès de PME ou de jeune entreprise, afin d’activer leur productivité avec leur épargne sans passer par une banque. 

Vous trouverez aussi des « Paytech » avec pour même principe de prêter de l’argent, mais entre particuliers. Les Fintech ont évolué pour proposer des paiements simples et rapide en ligne ou même des créations de cagnottes où n’importe qui peut verser pour participer à un événement. Cette révolution est devenue la première solution pour la population. Les plus connues sont Leetchi, le PotCommum, Obvy ou Lydia pour des paiements entre particuliers.

Les Banques et Fintech

Les Fintech ne sont donc pas des banques, mais proposent depuis quelque temps des comptes de paiement. Ce qui est appelé « Open Banking ». Elles proposent donc des services bancaires au quotidien qui ressemblent étrangement à une banque. Elles ont bien entendu quelques différences. 

Les néobanques sont issues de la nouvelle génération. Elles offrent une multitude de services que vous pouvez contrôler depuis votre mobile. La plupart présentent des services tels que : un compte bancaire ouvert en quelques minutes, une carte bancaire, une application moderne et efficace avec des produits bancaires à faible coût. (N26, Bunq, etc.) Quelques néobanques ont même fondé des comptes spéciaux pour les professionnels. (Quonto, Shine ou Manager.one, etc.) 

Les banques traditionnelles ont dû s’adapter à ce nouveau marché et finalement pour certaines ont même collaboré avec des Fintech. En effet, grâce aux « Paytech » les banques coopèrent avec les plus connues. Il en est de même avec les banques mobiles, où la relation entre elles sont devenues pacifiques et collaboratives.

Effectivement, la plupart des particuliers ne quittent pas leur banque quand ils adhèrent à une néobanque. Cela reste un complément. Certaines banques ont même fondé leurs propres banques en ligne. Pour faire face à une nouvelle concurrence qui est également appelée GAFA (les géants du web), les banques et les Fintech unissent leurs forces.

L’avenir des Fintech

Le développement des Fintech en France a pris de l’importance. D’après une étude réalisée par le cabinet de conseil Exton Consulting, 46 % des Fintech françaises ont été créées entre 2013 et 2015 et début 2018, 30 % avaient moins de 2 ans. Une croissance qui n’est pas prête à re-descendre avec toutes les innovations technologiques

De plus en plus de start-ups essayent de s’importer dans le monde des Fintech. Une nouvelle vague arrive grâce aux levées de fonds et des financements de ce nouveau système. Les Français, eux, les utilisent de plus en plus, sans savoir ce qu’il en est vraiment. Pourtant, certains services sont même devenus indispensables aux yeux des particuliers à en croire ce classement :

  1.     Les comparateurs de services
  2.     La santé connectée
  3.     Les prêts rémunérés
  4.     Les assurances auto et habitation connectée
  5.     Les agrégations de comptes

Les petites Fintech françaises ont donc compris qu’elles peuvent se situer partout. En entrant dans tous les secteurs (de la santé ou des assurances), elles gagnent à s’étendre. Les investissements les concernant sont spectaculaires comme les 250 millions que la néobanques Revolut a débloqué. L’innovation technologique n’est pas prête de s’arrêter et emmène la « finance technologique » avec elle.

Dernières nouvelles sur les banques
Infos, rumeurs, nouvelles et comparatifs
Kiwi Banque
Enable registration in settings - general